Et de trois pour la Fondation ALBOUCHRA

Et de trois pour la Fondation ALBOUCHRA

- dans Médias
320
1

Lancées en 2011 et reprise en 2020 après une longue interruption, les séances de causerie/débats suivies de rupture collective du jeûne de Ramadan organisées par la Fondation ALBOUCHRA au profit des membres du Réseau des Journalistes et Communicateurs Musulmans du Burkina Faso (REJECOM-BF) se poursuivent. C’est au siège de l’Agence ALBOUCHRA Voyages que la troisième édition de cette rencontre d’échanges autour de l’Islam a eu lieu.

Pour le Président de la Fondation ALBOUCHRA, Amadé SORO ce genre de rencontres permettent de lever un coin de voile sur un certain nombre de notions en lien avec la religion musulmane souvent mal-comprises ou mal interprétées. Les débats qui ont porté sur la religion en général et l’Islam en particulier ont été l’occasion d’évoquer le corpus du texte coranique, les techniques et les mécanismes de déductions des jugements islamiques en lien avec la vie de tous les jours. Pour le Président du REJECOM, Abdoulaye TAO, par ailleurs Directeur de publication du journal “l’Economiste du Faso”, ces échanges fort enrichissants sont toujours les bienvenus dans la mesure où ils permettent de corriger beaucoup de concepts erronés et de contribuer à une plus grande compréhension du message islamique. Toute chose qui contribue à asseoir un climat social apaisé”, a t-il souligné. Au regard de l’importance de la rencontre, il a été proposé l’organisation récurrente de telles activités d’information et de formation pendant et en dehors du mois de Jeûne musulman dans l’optique de contribuer à faire tomber les barrières et à rapprocher les uns des autres conformément à la lettre et à l’esprit des dispositions républicaines.

Omar COMPAORE

1 Commentaire

  1. ZONGO

    Félicitations aux différents acteurs de cette initiative. A l’heure où l’union, la solidarité et le dialogue doivent prévaloir, ce genre d’initiative encore rare ou sinon peu ancrée dans nos habitudes est à pérenniser. Courage à tous et confraternellement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ceci pourrait également vous intéresser

Affaire Norbert Zongo, une avancée judiciaire mais toujours pas jugement

Le rituel a une fois de plus été